victimesdutabac.com
témoigner, s'informer sur la question du tabac.
Français
search_left
Marchands de doute

Comme les cigarettiers ont semé et sèment toujours le doute sur les dangers pour la santé du tabac, il est indispensable pour eux de réussir à faire croire aux décideurs politiques que le tabac est rentable pour l'Etat, que les taxes financent l'assurance maladie etc...

Les mécanismes de communication sont identiques, les mensonges toujours là et la manipulation omniprésente. Mais l'important c'est de maintenir une étroite collaboration avec le milieu politico-financier, alimenter les élus de chiffres et de données bien entendues fausses mais ont-ils le temps et l'énergie pour s'informer de façon indépendante sur un sujet aussi grave et lourd de conséquences?

Nos élus devraient en tout cas y réfléchir à deux fois et s'interroger sur la pertinence d'une collaboration avec un secteur d'activité si particulier à l'origine de millions de morts évitables. 

Un silence assourdissant
Les jours passent et force est de constater que depuis la démission forcée et scandaleuse du commissaire John Dalli, aucun responsable politique du gouvernement français n'a réagi publiquement à cette sombre histoire qui n'en finit pas de démontrer la puissance de l'industrie du tabac dès lors qu'elle se sent un peu menacée.

Seuls quelques élus européens en particulier Michèle Rivasi et José Bové ont brisé la loi du silence.

Depuis mai 2012 ou François Hollande a été élu Président, plus de 8 mois se sont écoulés, 50 000 français sont morts du tabac.

Dans le silence médiatique le plus total et dans l'indifférence des élus du peuple.

En marche vers 10 euros le paquet
Elu président en mai 2017, Emmanuel Macron a inscrit dans son programme une hausse des taxes sur le tabac pour porter le paquet de cigarettes à 10 euros en 2020. Rappelons que la dernière hausse globale du prix du tabac était intervenu en janvier 2014... Et que comme à chaque gel sur les prix, la consommation s'est stabilisée entre 2014 et 2016.
13 décembre 2012: la Cour des Comptes réagit!
Vign_Accueil
"A la demande du comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques (CEC) de l’Assemblée nationale, la Cour des comptes a évalué les politiques de lutte contre le tabagisme. Le tabac est la première cause de mortalité évitable en France avec 73 000 morts par an. Le travail de la Cour, sur cet enjeu majeur de santé public, montre l’absence d’une véritable politique de lutte contre le tabagisme. La Cour s’inquiète de reculs très préoccupants et formule 32 recommandations.
Le Premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, a été auditionné ce jeudi 13 décembre 2012 par le CEC, présidé par le Président de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone, et dont les rapporteurs sur ce sujet sont les députés Denis Jacquat et Jean-Louis Touraine. Le CEC a prévu de rendre ses conclusions en février prochain.


Le Premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, a présenté les principaux enseignements qui peuvent être tirés de ce rapport au cours de son audition devant le comité d’évaluation et de contrôle.

Selon lui, les quatre enseignements principaux sont les suivants :

• les risques liés au tabagisme sont gravement sous-estimés par la population, alors que le tabagisme connaît une inquiétante progression en particulier chez les femmes, les jeunes et les personnes en situation de précarité ;

• malgré les enjeux, la volonté de l’Etat a fléchi et une véritable politique de lutte contre le tabagisme n’a pas été structurée ;

• les moyens de l’Etat ont été mobilisés de façon trop importante pour le soutien aux buralistes. Ce constat, combiné avec le moratoire fiscal décidé par les pouvoirs publics, met en évidence le poids toujours important des intérêts économiques et financiers qui viennent émousser les efforts de lutte contre le tabagisme ;

• l’action de l’Etat devrait être redéployée en faveur de la prévention, de l’aide à l’arrêt du tabac et du renforcement des contrôles sur les interdictions de vente aux mineurs ou de fumer dans les lieux publics notamment. "


 
Pendant que des milliers de médecins et personnels soignants soignent,
Pendant que des milliers d'enseignants font leur travail, pendant que des élus travaillent à l'amélioration de conditions de vie en société, il existe un député qui fait honte à sa fonction et déshonore la démocratie.

Voici sa proposition de loi


ASSEMBLÉE NATIONALE
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
QUATORZIÈME LÉGISLATURE
Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 27 novembre 2012.
PROPOSITION DE LOI
visant à commercialiser les œufs dans des boîtes génériques,
(Renvoyée à la commission des affaires économiques, à défaut de constitution d’une commission spéciale
dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)
présentée par
M. Thierry LAZARO, député.

EXPOSÉ DES MOTIFS

Mesdames, Messieurs,

Une étude canadienne récente montre que le cholestérol du jaune d’œuf aurait quasiment les mêmes effets sur les artères que la cigarette.

S’il est riche en oméga-3, en vitamines et en antioxydants, le jaune d’œuf l’est également en cholestérol, ce qui le rend aussi nocif pour les artères que la cigarette. Ainsi le Professeur en neurologie David Spence, qui a mené sa recherche sur 1 231 patients, a permis de démontrer qu'une consommation trop importante de jaunes d'œuf conduirait à une accélération de l’effet de l’athérosclérose, qui se traduit par la formation d'un amas de graisse et de cellules qui obstruent les artères. La formation de ces plaques s'accélèrerait nettement chez les sujets de plus de 40 ans qui consommeraient régulièrement des jaunes d'œufs lors de leurs repas.

Au regard de la dangerosité de ce produit courant, nous souhaitons proposer que les œufs soient désormais commercialisés dans des boîtes neutres – des boîtes génériques – afin de rendre ce produit moins attractif. Nous avons un temps envisagé de proposer une taxe sur les poules, qui sont les véritables responsables de la consommation des œufs, mais nous avons préféré proposer cette réforme qui nous parait plus efficace, même si nous n’avons conduit aucune étude sur le sujet.

Cette proposition de loi pourrait paraître absurde. Pourtant, elle ne l’est pas davantage que l’idée proposée par les associations anti-tabac, récemment reprise par le ministre des affaires sociales et de la santé, de proposer de commercialiser les cigarettes dans des paquets génériques afin de lutter contre le tabagisme.

L’auteur de cette proposition de loi rappelle qu’il a co-rédigé en octobre 2011, avec ses collègues députés Jean-Louis Dumont et Jean-Marie Binetruy, un rapport d’information parlementaire n° 3786 intitulé « Le trafic illicite du tabac : un coût social et économique insupportable pour la France ». Ce rapport exhaustif, qui a nécessité six mois de recherches et l’audition de dizaines d’experts, a été salué par toutes les parties prenantes.

Dans ce rapport parlementaire d’information, nous établissons que le tabac a rapporté, TVA comprise, 13,6 milliards d’euros en 2011, il a coûté 6,8 milliards d’euros (chiffres de la CNAMTS), et le manque à gagner généré par le commerce illicite, conséquence de la différence des prix entre la France et les autres pays, notamment limitrophes, est proche des 3 milliards d’euros chaque année.

Nous avons également étudié différents aspects liés au tabagisme, et aux moyens permettant d’en réduire le danger. Parmi ces mesures, nous avons étudié l’idée du paquet neutre. Nous avons conclu, et il s’agit de notre Recommandation n° 8, qu’il convient de « refuser les propositions de création du paquet génériques de cigarettes, ainsi que de ventes sous le comptoir, qui paraissent de nature à favoriser les trafics illicites ».
Lire la suite...
L'omelette meurtrière
Vign_article_jaune

Commentaires sur la Proposition de loi n°451
A première vue, il semblerait que les jaunes d'œufs soient aussi nocifs que les cigarettes, c'est ce que semble conclure Monsieur le député Thierry LAZARO.
Ce constat serait basé sur l'incidence de l'athérosclérose résultante de la consommation d'œufs, et particulièrement de leur jaune ! L’étude est contestable et d’ailleurs très contestée.

De plus, bizarrement, Monsieur Lazaro omet de mentionner que 80% des infarctus des sujets jeunes surviennent chez des fumeurs, que 90% des patients touchés d’Artérite (AOMI) sont des fumeurs.

En outre, les fumeurs sont victimes de cancers, de maladies diverses parmi les plus graves, d’insuffisance respiratoire, la liste est interminable comme celle des victimes.

Ainsi, pour aller plus loin dans la comparaison, je voudrais demander à M. LAZARO si les jaunes d'œufs provoquaient également des cancers du poumon? Du foie? Du pancréas? De la vessie? Du sein? De l'œsophage? Des hémopathies malignes?Des BPCO? Des scléroses latérales amyotrophiques?

Aussi je me demande si le tabac apportait quant à lui des protéines, des minéraux, des vitamines ? Pour finir, il me semble n’avoir encore jamais vu personne aller acheter compulsivement sa douzaine d’œufs quotidiennement…
 
Ainsi je trouve que perdre son temps à "pondre" une proposition de loi pareille (qui n'a pour unique but que de nous montrer que M. LAZARO et sa bande ne sont pas contents-contents qu'on touche à leur petits copains les cigarettiers et buralistes) est un non sens politique, quand on sait que ces messieurs-mesdames ne font rien non plus au sujet des fast-foods et des produits alimentaires industriels autrement plus néfastes pour nos artères que des jaunes d'œufs.
 
On ne l’a pas entendu non plus quand Nicolas Sarkozy a fait racheter Quick en 2007 par la caisse des dépôts et consignations, et plus récemment le silence général sur la sponsorisation des derniers jeux olympiques à Londres en 2012 par MacDonalds et CocaCola.

Enfin, une question: quel est, quel doit être le rôle social du tabac?
Depuis des décennies,le tabac enrichit ceux qui ont toujours plus d'argent aux dépens de centaines de vie quotidiennes. 
Le tabac aujourd'hui en France c'est 250 FRANCAIS qui MEURENT CHAQUE JOUR !

Tabagisme: l'exemple australien, éditorial de Jean Deleuze
Vign_RDP_2012_10_1333_couv195x250
Le texte qui va suivre est l'editorial de Jean Deleuze et figure dans le numéro de décembre 2012 de La revue du praticien.


"La lutte contre le tabagisme devrait être une priorité absolue des pouvoirs publics, ce qu’elle n’est pas. Quand on examine les motifs qui ont valu à Martine Aubry d’être mise en examen dans le dossier de l’amiante, on imagine ce que serait la décision des juges s’ils se penchaient sur les 70 000 morts annuels du tabagisme en France…C’est toute une partie du personnel politique et de l’administration de la santé de la Vème république qui aurait du souci à se faire tant le coût humain, social et économique du tabagisme est sans commune mesure avec les dégâts déjà considérables de l’amiante, les dangers du tabac étant connus, de surcroît depuis les années 1950 ! Les juges seraient certainement indulgents pour Jacques Chirac dont la décision d’augmenter fortement le prix des cigarettes de 2002 à 2004 a eu comme conséquence une diminution notable de la consommation, mais probablement beaucoup moins pour Nicolas Sarkozy dont le quinquennat, excepté une loi importante contre le tabagisme passif, s’est distingué par un arrêt net de la baisse des cigarettes vendues et pour François Hollande qui ne semble pas pressé de décréter l’état d’urgence dans ce domaine. En octobre, le prix des cigarettes a augmenté de 6% seulement alors que seule une hausse de 10 à 20% a un effet sur les ventes. Une hausse complémentaire est prévue en 2013, mais elle a déjà été repoussée au 1er juillet à la demande du ministre délégué au Budget. L’attentisme de l’Etat s’explique bien évidemment par son immense conflit d’intérêts, puisque les taxes sur le tabac représentent en moyenne 80% du prix d’une cigarette ! Il faut donc avant tout que l’Etat se désintoxique du tabac et commence déjà par fixer des objectifs annuels de réduction du tabagisme (comme le font la Finlande ou l’Australie) seul moyen d’évaluer une vraie politique de santé publique contre ce fléau et d’utiliser en particulier l’arme du prix des cigarettes, lequel devrait dépendre du ministère de la Santé et non plus des cigarettiers et du ministère du Budget ! L’autre obstacle à la sortie du tabagisme est bien sûr l’attitude des firmes qui n’ont de cesse de contourner les dispositifs mis en place afin de créer de nouvelles addictions chez les plus jeunes. Récemment, British American Tobacco vient d’être condamné en France pour publicité illicite, pour avoir fait placarder chez les buralistes des affichettes avec le message « Faux tabac, vrai danger » qui sous couvert de lutte contre la contrefaçon, induisait selon les juges, l’idée que le vrai tabac était sans danger…Aux Etats-Unis, pays qui voit sa consommation diminuer, la justice fédérale vient de frapper un grand coup en ordonnant aux cigarettiers de financer des campagnes publicitaires pour dire qu’ils ont menti depuis des année sur les risques du tabac et qu’ils ont sciemment fabriqué des produits visant à créer une dépendance chez leurs utilisateurs. Quant à l’Australie, malgré l’opposition farouche des industriels qui savent combien le design des paquets de cigarettes est une incitation puissante au recrutement de nouveaux jeunes fumeurs, elle est devenue le premier pays au monde à imposer que les paquets de cigarettes soient désormais neutres et standardisés. Qu’attendons-nous pour suivre cet exemple ? "
© 2012